2 – Tu es folle !!!!

« Tu es folle, on ne vas pas acheter ça !!!! »

Mon mari n’avait, visiblement, pas du tout été saisi par le charme et le potentiel du lieu.

Je me suis entendue lui répondre :

« Si, on va l’acheter. Tout de suite même. Il y a tout à faire mais l’endroit est magnifique et le potentiel est énorme. Ne t’inquiètes pas, je m’occupe de tout. »

Voilà, c’était dit !!!…

Il me fallait assumer maintenant.

Mon mari a compris que j’avais besoin de m’engager, seule, dans cette entreprise.

Je m’y suis lancée à corps perdu. Comme un besoin vital. J’avais certainement besoin, à ce moment là de ma vie, d’accomplir un projet de cette ampleur.

Je n’ai ressentie aucune peur. J’aurais certainement dû. Je ne savais pas, à ce moment là, à quel point cela allait être difficile.

Vue satellite
Vue satellite

J’ai dû persuader un banquier pour trouver le financement. Le projet était de taille, il fallait trouver des arguments solides pour lui donner envie de m’accorder la possibilité de réaliser cette folie. Mon enthousiasme et la manière dont je lui ai décrit ce que je voulais faire de cet endroit l’ont convaincu. Ouf !!!

Je devais, ensuite, trouver les bonnes personnes pour m’aider dans toutes les différentes étapes ; restructurer le vignoble, sauver ce qui pouvait encore l’être, commencer les travaux de restauration du chai, construire un hangar, construire des salles de stockage pour les fûts et les bouteilles, construire un caveau de dégustation/vente, rénover la maison d’habitation, restaurer la vieille bâtisse, etc… Tout cela ne pourrait se faire que dans le temps, petit à petit, en gérant les urgences et en différant certains objectifs, qui me tenaient à cœur, mais que j’ai dû repousser par manque de moyens.

Avec Yann, dans une parcelle abandonnée

En premier lieu, je devais m’adjoindre les compétences d’un très bon cabinet d’œnologie, compétent non seulement dans l’élaboration du vin – ou vinification – mais aussi dans la culture de la vigne. Mon amour de la vigne ne suffisant pas pour en avoir la connaissance. Les dernières études que j’avais faites lorsque j’avais repris, par plaisir, les chemins d’une école il y a quelques années, concernaient l’Art. Pas l’œnologie ni l’étude de la culture de la vigne.

Faire du vin est un Art… j’avais, peut-être, toutes mes chances de réussir à faire un vin dans lequel je pourrais exprimer toute ma sensibilité d’artiste. Pas si simple !!!

Je vous l’avoue, avant le Domaine, je n’étais pas une grande amatrice de vin. Je buvais très peu, un verre de temps en temps pour accompagner un bon repas. Ce n’est donc pas mon amour du vin qui m’a fait changer de vie mais, comme je vous l’ai dit, mon amour de la vigne.

Dans les vignes des Vallons

J’avais tout à apprendre concernant le vin…

Avec le recul, j’avoue qu’il fallait une bonne dose d’inconscience pour me lancer dans une aventure pareille…

Il a fallu que je me batte contre mes proches qui me disaient que c’était une folie de me lancer dans un tel projet… que c’était un métier trop difficile… surtout pour une femme car, malgré le fait qu’il y ait plus de femmes propriétaires de domaines viticoles qu’auparavant, ce monde agricole et viticole est, majoritairement, un monde d’hommes.

D’autant que je n’avais aucune antériorité dans ce métier, donc aucune crédibilité. Il fallait que je me batte deux fois plus pour montrer que je ne m’étais pas trompée…

Je n’ai jamais eu de doutes… j’allais y arriver… c’est sûr !!!!

J’avais le soutien de mes enfants, qui avaient chacun leur vie ailleurs, mais qui étaient fiers de voir le travail et la détermination de leur mère et cela me galvanisait encore plus. Leur avis et leur regard comptent infiniment pour moi et j’aurais très mal vécue la situation s’ils n’avaient pas, totalement et inconditionnellement, été enthousiasmés par mon projet.

Avec mes enfants, Marc, Yann et Sophie – 2005

Ils allaient suivre, de plus ou moins loin, selon les pays où ils se trouvaient à différents moments, toutes les étapes que je leur racontais en détail et venaient régulièrement sur place pour voir toutes les nouvelles réalisations.

Je suis certaine que, dans un coin de leur cerveau, ils devaient se dire que leur mère était un peu… comment dire… déraisonnable… voir peut-être même, complètement dingue, de s’être lancé dans une aventure pareille….

J’avais également le soutien, inconditionnel, de mon chien Blue, qui me suivait partout, mon merveilleux compagnon que j’aimais tant…

Claire And Blue
Blue et moi – 2006

La suite, la semaine prochaine. A bientôt.

N’hésitez-pas à laisser vos commentaires ci-dessous.

4 commentaires sur “2 – Tu es folle !!!!

  1. Encore une fois félicitations Claire, de partager avec nous tes premiers pas dans le domaine viticole. C’est un plaisir de découvrir qu’elles ont été les étapes pour réaliser ce qu’on peut appeler  » le rêve d’une vie ».
    J’attends avec impatience la suite la semaine prochaine.
    Bises du Québec.
    Laurent

  2. Bravo Claire !
    Ce lieu parait magique et pourrait rendre heureux tout visiteur.
    Bises Bertrand

    1. Merci Bertrand. Heureuse que mon récit te plaise. Il faudra que tu finisses par passer dans le coin un jour.
      Bises.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.